6.5

Home
Su
1.
2.
3.
4.
5.

 

D'une réponse qu’on ne peut formuler, on ne peut non plus formuler la question.

Il n’y a pas d'énigme .

Si une question peut de quelque manière être posée, elle peut aussi recevoir une réponse.

6.51    Le scepticisme n’est pas irréfutable, mais évidemment insensé, si il veut mettre en doute là où l’on ne peut poser de questions.

Car le doute ne peut subsister que là où subsiste une question ; une question, seulement là où subsiste une réponse ; une réponse, seulement là où quelque chose peut être dit.

6.52 (2)    Nous sentons que, quand même toutes les questions scientifiques possibles soient résolues, nos problèmes vitaux ne sont même pas encore touchés. Bien sûr, il ne reste plus alors aucune question ; et cela même est la réponse.

6.53    La méthode correcte de la philosophie serait proprement celle-ci : Ne rien dire que ce que l'on peut dire, donc les propositions de la science de la nature – donc quelque chose qui n’a rien à faire avec la philosophie –, et puis, quand quelqu’un d’autre voudrait dire quelque chose de métaphysique, lui démontrer qu’il a omis de donner, dans ses propositions, une signification à certains signes. Cette méthode serait insatisfaisante pour l’autre – il n’aurait pas le sentiment que nous lui avons enseigné de la philosophie – mais celle-ci serait la seule strictement correcte.

6.54    Mes propositions sont des éclaircissements en ceci que celui qui me comprend les reconnaît à la fin comme dépourvues de sens, lorsque par elles – sur elles – il est monté au-delà d’elles. (Il doit pour ainsi dire jeter l’échelle après y être monté.)

Il lui faut dépasser ces propositions, alors il voit correctement le monde.

 

 

 

                EPISTEMOLOGIA

Contro l'interpretazione acrobatica della scala

tumblr page counter