6.4

Home
Su
1.
2.
3.
4.
5.

 

Toutes les propositions sont d'égale valeur.

6.41    Le sens du monde doit être en dehors de lui. Dans le monde, tout est comme il est, et tout arrive comme il arrive ; il n'y a en lui aucune valeur - et s'il y en avait une elle serait sans valeur.

S’il y a une valeur qui a de la valeur, elle doit être extérieure à tout ce qui arrive, et à tout état particulier. Car tout ce qui arrive et tout état particulier est accidentel.

Ce qui le rend non accidentel ne peut être dans le monde, car autrement cela aussi serait accidentel.

Ce doit être hors du monde.

6.42 (3)   Il ne peut donc y avoir de propositions de l’éthique.

Les propositions ne peuvent rien exprimer de plus haut.

6.43 (2)    Si le bon ou le mauvais vouloir changent le monde, ils ne peuvent changer que les limites du monde, non les faits ; non ce qui peut être exprimé par le langage.

En bref, le monde doit alors devenir par là totalement autre. Il doit pouvoir, pour ainsi dire, diminuer ou croître dans son ensemble<

Le monde du heureux est un autre monde qui celui du malheureux.

6.44    Ce n’est pas comment est le monde qui est le mystique, mais le fait qu’il est.

6.45    La contemplation du monde sub specie aeterni est sa contemplation comme totalité – limitée –.

Le sentiment du monde comme totalité limitée est le sentiment mystique.