5.6

Home
Su
1.
2.
3.
4.
6.

 

Les limites de mon langage signifient les limites de mon monde.

5.61    La logique remplit le monde; les limites du monde sont aussi ses limites.

Nous ne pouvons donc dire en logique: Il y a ceci et ceci dans le monde, mais pas cela.

Car ce paraît présupposer que nous excluons certaines possibilités, ce qui ne peut avoir lieu, car alors la logique devrait passer au-dehors des limites du monde ; comme si elle pouvait observer ces limites de l’autre bord aussi.

Ce que nous ne pouvons penser, nous ne pouvons le penser ; donc nous ne pouvons même pas dire ce que nous ne pouvons penser.

5.62 (1)    Cette remarque fournit la clef pour décider la question, dans quelle mesure le solipsisme est-il une vérité.

Ce que le solipsisme veut signifier est tout à fait correct, seulement cela ne peut se dire, mais se montre.

Que le monde soit mon monde se montre en ceci que les limites du langage (le seul langage que je comprenne) signifient les limites de mon monde.

5.63 (4)    Je suis mon monde. (Le microcosme.)

5.64 (1)    Ici on voit que le solipsisme, développé en toute rigueur, coïncide avec le réalisme pur. Le je du solipsisme se réduit à un point sans extension et il reste la réalité qui lui est coordonnée.

 

 

 

               Acta Analytica, July 2013:  A Significant ‘False Perception’ of Wittgenstein’s Draft on Mind’s Eye