5.55

Home
Su
1.
2.
3.
4.
5.
6.

 

Il nous faut maintenant répondre a priori à la question concernant toutes les formes possibles des propositions élémentaires.

La proposition élémentaire se compose de noms. Mais puisque nous ne pouvons fixer le nombre des noms ayant des significations distinctes, nous ne pouvons de même fixer la composition de la proposition élémentaire.

5.551    Notre principe est que toute question susceptible d’être en général décidée par la logique, doit pouvoir être décidée sans autre apport.

(Et si nous nous trouvons en situation de devoir résoudre un tel problème en observant le monde, cela montre que nous nous sommes engagés dans une voie fondamentalement erronée.)

5.552 (1)  L’« expérience » dont nous avons besoin pour comprendre la logique, ce n’est pas l’expérience que quelque chose soit telle et telle, mais qu’il y ait quelque chose : mais ce n’est pas là une expérience.

La logique est antérieure à toute expérience – que quelque chose est ainsi.

Elle est antérieure au Comment, non au Quoi.

5.553    Russell a dit qu’il y avait des relations simples entre différents nombres de choses (individuals). Mais entre quels nombres ? Et comment cela doit-il en être décidé ? Par l’expérience?

(Il n’y a pas un nombre distingué.)

5.554 (2)  La spécification de chaque forme spéciale serait totalement arbitraire.

5.555    Il est clair que nous avons un concept de la proposition élémentaire indépendamment de sa forme logique particulière.

Mais quand il est possible de créer des symboles selon un système, c’est ce système qui est logiquement important et non les symboles individuels.

Et comment serait-il possible que dans la logique j’aie affaire à des formes que je puis inventer ; c’est bien plutôt à ce qui me rend capable de les inventer que je dois avoir affaire.

5.556 (3)  Une hiérarchie des formes des propositions élémentaires ne peut pas exister. Seul ce que nous-mêmes construisons nous pouvons prévoir.

5.557 (1)  L'application de la logique décide quelles propositions élémentaires il y a.

Ce qui réside dans l'application la logique ne peut pas l'anticiper.

Il est clair que la logique ne doit pas entrer en conflit avec son application.

Mais la logique doit être en contact avec son application.

Par conséquent la logique et son application ne doivent pas empiéter l’une sur l'autre.

tumblr page counter